Les projections

Varan Caraïbe fait son Mois du doc

Du  jeudi 15 novembre 2018  au  jeudi 29 novembre 2018   à  19h15   /  Varan Caraïbe fait son Mois du doc

 

15 et 29 novembre 2018

 

" Les jeudis de Varan Caraïbe " c'est l'occasion de découvrir tout au long de l'année, les films issus des Ateliers Varan dans le monde.
Les jeudis 15, 22 et 29 novembre à partir de 19H15 durant le Mois du Doc, trois séances pour découvrir les dix films du dernier atelier de réalisation de films documentaire en Centrafrique à Bangui en 2017.


JEUDI 15 NOVEMBRE 2018

* Chambre n°1 de Leila N'deye Thiam - 29'
Dans la chambre n°1 du service de traumatologie de l'hôpital communautaire de Bangui, dix femmes attendent leur "libération", entre souffrance, mélancolie et éclats de rire. A travers cette chambre se dessine un portrait de la Centrafrique et de ses femmes, dont la vitalité transcende leurs malheurs.

* Docta Jefferson de Elvis Sabin Ngaibino - 28'
Jefferson est ce qu'on appelle à Bangui un " docta", un agent de santé qui exerce la médecine sans diplôme. A l'heure où le Ministère de la Santé centrafricain voudrait mettre en place une règlementation de la vente de médicaments, Jefferson traverse une crise de conscience. Son activité est-elle dangereuse pour ses patients ? Doit-il abandonner ? Mais comment alors nourrira-t-il sa famille ?

*Ouali-gara - La commerçante de Maryse Yotomane Awa ( 18')
Autrefois, Nina était prospère, le manioc s'accumulait dans sa maison jusqu'au plafond. Mais depuis la crise, elle est réduite à vendre quelques légumes qui lui rapportent trois fois rien. Elle n'a même plis les quelques sous lui permettraient d'acheter de la marchandise. Mais Nina n'est pas du genre à se résigner. Elle prend son courage à deux mains et se lance à la reconquête de son commerce.

JEUDI 22 NOVEMBRE 2018

*Dieubéni rend son arme de Tanguy Djaka - 23'

Dieubéni a combattu avec les Anti-balaka.Il a été désarmé, on lui a donné une carte de démobilisation. Mais Dieubéni attend toujours qu'on le fasse entrer dans la formation promise. Il se sent cloué, il est prêt à reprendre les armes... à moins qu'on lui propose quelque chose. Mais en Centrafrique, le retour à la vie civile peut-il être un long fleuve tranquille ?

* Nous, de la ligne rouge de Nazir Raizou - 23'
A Bangui, un rond-point marque la limite entre le 3ème et le 5 ème arrondissement. C'est la que passe la fameuse ligne rouge entre quartiers chrétiens et quartiers musulmans. A chaque incident, le secteur s'enflamme. Les habitants fuient. La circulation des taxis motos est bloquée. " Que fait le gouvernement ?" s'indignent les habitants exaspérés. Et à quoi sert la Minusca dont la présence massive ne suffit pas à apporter la paix ?

*Les étudiants du PK5 de Mahamat Benamou -15'
Pour les jeunes du PK5, le dernier quartier musulman de Bangui étudier n'est pas simple. Pour aller au lycée, il faut sortir du quartier, mais dès que des incidents font remonter la tension dans la ville, le quartier se referme sur eux. Leur refuge devient une prison. Quel avenir ces jeunes pourront-ils avoir dans ce pays où ils sont sans cesse menacés ?


JEUDI 29 NOVEMBRE 2018

*Mes yeux pour entendre de Pascale Appora Gnekindy - 19'
A Bangui, le petit Ephraïm grandit entouré de l'amour de tous.Malgré sa surdité, il mène une enfance heureuse entre l'école où il apprend le langage des signes, sa famille qui l'entoure d'une présence attentive et les Témoins de Jéhovah qui le verraient bien entrer dans leur Eglise.

*Bé ti leguè - La rue de Christian Ousseine - 15'
A 16 ans, Losseba n'est plus tout à fait un enfant. Mais il vit toujours parmi les Godobe, les enfants des rues de Bangui. Il mène sa petite troupe, les conseille et veille sur eux, tel un ange protecteur. Peu importe son quotidien misérable, Losseba a un rêve : il voudrait devenir chanteur.< br />

*Mbi na mo - Toi et moi de Rafiki Fariala 28'
Agou et Emilie vivent ensemble dans un petit une-pièce de Bangui. Jeunes, beaux, branchés, ils parlent d'amour et se rêvent une vie comme dans les séries américaines. Mais ils n'ont pas un sou. Avec son taxi-moto, Agou ramène à peine de quoi manger. Un accident de moto et leur fragile équilibre pourrait basculer.
Qui va alors payer les frais d'hôpital pour le bébé qu'Emilie porte dans son ventre ?

*I wali - Nous, les femmes de Anne Bertille Ndeysseit Vopiande - 21'
A Bimbo, dans la périphérie de Bangui, des femmes se sont réunies dans une association qui pratique le micro-crédit. L'une vend du café, l'autre de l'alcool, une autre du poisson. Avec leurs petits commerces, elles nourrissent leurs familles, car il est loin le temps où les hommes subvenaient seuls aux besoins de leur foyer. Désormais pour les femmes, il n'y a pas le choix : il faut se battre.

Entrée gratuite - LIMITE DE 25 PARTICIPANTS MAXIMUM

Vous pouvez RESERVER votre place par message via la page Facebook ou par mail : contact@varancaraibe.com.


A bientôt !

 

Varan Caraïbe

25 rue Sadi Carnot/ Pointe-à-Pitre

 
 
Varan Caraïbe au mois du Doc 2018

Du  lundi 5 novembre 2018  au  vendredi 30 novembre 2018   /  Varan Caraïbe au mois du Doc 2018

 

Découvrez ou re-découvrez les films des Ateliers Varan à l'occasion du Mois du Film Documentaire en Guadeloupe tout le mois de novembre 2018. Nous vous proposons un marathon sur toute l'île, une large sélection de films des issus des ateliers de réalisation.

GUADELOUPE

Kassav Granfon - R.H Debranche
/ 2014 / 7mn, VosT
Quand on parle cassaves, on pense à Capesterre Belle-Eau. Mais depuis des générations une petite structure résiste encore dans les Grands Fonds Sainte-Anne. Entre tradition, modernité et avenir, autour du feu et de la platine.

Kaz et vie créole - Frédéric Pierre-Paul
/ 2011 / 5mn, VF
Une part de l'histoire et de l'identité de Madame Custos réside dans l'âme de sa maison pointoise : elle a abrité des générations, elle est imprégnée de souvenirs et de vies... ; de vie créole.

Vacances au pays - Maddlie Durbant/ 2014 / 56 mn, VF
Enfants d'ici et leurs cousins en vacances, à la découverte des Grands Fonds...

VIETNAM

Le musée de thien - Tung Hoang
/ 2011 / 29 mn, VosT
Tien est historien et travaille pour le Musée de la guerre de da nang. Il mène des recherches dans la région auprès des survivants, paysans, résistants, et rassemble les histoires, photos, archives, objets qui témoignent de leur vie quotidienne pendant cette période.

Le passeur des âmes - Quynh Truong Vu/ 2010 / 35 minutes, VosT
Dans un village du centre du Vietnam, un fermier est également maître de cérémonie lors de funérailles. Il chante pour accompagner l'âme des morts vers le ciel. Les gens d'ici sont nés de la terre, et lorsqu'ils meurent, ils reviennent à la terre. La mort rapproche ceux qui pendant la guerre n'étaient pas du même côté...

CORSE

Vous me trouverez au lazaret - Laurina Padovani / 2010 / 24 minutes, VF
François Ollandini, riche homme d'affaires corse, a logntemps été collectionneur d'art. aujourd'hui, il se voit davantage comme un donateur. Il a d'ailleurs fait don d'une centaine d'œuvres qu'il possédait au Musée Fesch d'Ajaccio. Conscient de sa propre mortalité, il cherche à rendre son nom éternel en marquant de son empreinte le milieu culturel corse.

* CONSULTEZ VITE LE PROGRAMME POUR LES LIEUX DE PROJECTIONS

Bon Mois du Doc à tous !

 

GUADELOUPE

 
 
 
Projection du film " La nueva Medellin" de Catalina Vilar

jeudi 1er novembre 2018   à  19h30   /  Projection du film " La nueva Medellin" de Catalina Vilar

 

Nous avons le plaisir de vous convier dans nos locaux pour une soirée d'échange autour du cinéma documentaire le jeudi 1 novembre à 19H30, afin de clôturer les quatre jours de séminaire/ atelier : Analyse de projets documentaires avec Yves de Peretti et Catalina Vilar, réalisateurs et formateurs aux Ateliers Varan.

Projection du film documentaire " La Nueva Medellin" (2016) 84' de Catalina Vilar en présence de la réalisatrice.

En 1997, j'ai filmé des adolescents dans un quartier populaire et violent de Medellin, la ville considérée alors comme "la plus dangereuse du monde". Le plus poète de tous, Juan Carlos, a été tué trois ans plus tard. Je retourne dans une ville, devenue entre-temps la "plus innovante de la planète", pour appréhender le nouvel état des choses.
Juan Carlos et son ami Manuel étaient adolescents quand je les ai filmés il y a 18 ans. Juan Carlos le poète a été tué peu après. A l'aube d'une paix fragile, ses parents analphabètes cherchent à obtenir réparation. Devenu leader de son quartier, Manuel s'affronte aux paradoxes de l'innovation urbaine dans une ville qui s'est métamorphosée trop vite. Le fantôme de Juan Carlos se dresse en rempart contre l'oubli.


Entrée : gratuite

Afin d'éviter d'éventuelles perturbations durant la projection, nous vous demandons de respecter l'horaire indiqué. L'entrée sera possible au MAXIMUM 5 minutes après le début du film. Merci pour votre compréhension.

Au plaisir d'échanger avec vous,

Bien cordialement

L'équipe Varan Caraïbe

 

25 rue Sadi Carnot

 
Ciné-Brunch participatif Varan Caraïbe

samedi 22 septembre 2018   à  10h30   /  Ciné-Brunch participatif Varan Caraïbe

 

La rentrée de Varan Caraïbe !

Pour bien démarer l'année 2018/2019, on invite à partager un moment agréable dans les nouveaux locaux de Varan Caraibe. Venez découvrir le Centre de ressources cinéma !

C'est quoi le "Ciné-Brunch Varan Caraïbe" ?

*** Une projection de film au Nouveau Centre de ressources documentaire au 25 rue Sadi Carnot à Pointe-à-Pitre.


- Pli Bel Lari " de Larry Lachoua / 11 min- 2017
- Green Guerilla" de Sylvaine Dampierre / 63 min - 2002

*** Présentation de la programmation Varan Caraïbe
& Scriptokarib ( association des auteurs scénaristes )

*** BOKANTAJ : Un brunch participatif sur notre terrasse lumineuse et végétalisée. On fournit une base de buffet aux saveurs locales ( fruits et légumes de saison)- Boissons chaudes ( thé-café), jus de fruits et gourmandises salées, sucrées & saines.


Venez avec votre KWI et une contribution au buffet dans l'esprit saveurs locales :)

Abonnés VC : gratuit + une participation au buffet
Non abonnés : une contribution de 5 euros + participation au buffet si vous voulez.

ATTENTION les places sont limitées à 25 personnes. Merci de réserver avant le vendredi matin par téléphone ou par mail.

CONTACT : 0690 50 05 78 ou contact@varancaraibe.com

A très vite !

**L'équipe Varan Caraïbe**

 

Chez Varan Caraïbe & Scriptokarib

25 rue Sadi Carnot/ Pointe-à-Pitre

 
 
 
CARTE BLANCHE VARAN CARAÏBE au Macte

jeudi 12 juillet 2018   à  19h00   /  CARTE BLANCHE VARAN CARAÏBE au Macte

 

CinéMACTe à la loupe

Carte blanche à Varan Caraïbe
« Une fenêtre ouverte » de Khady Sylla
Khady Sylla 2008 52 mn
Sénégal

Courts métrage, ciné-portrait, documentaire de création, le cinéma nous propose tellement d'expériences immersives au bord du réel floutant parfois les contours de notre réalité contemporaine. Cette Carte blanche à Varan Caraïbe, participe de cette plongée dans le réel. Nous vous attendons pour ce rendez-vous avec une sélection rare, intimement lié au vivant.
Un film de Khady SYLLA.

Aminta Ngom est « folle ». Elle le sait, n'en a nulle honte.
Sa souffrance, elle la promenait avant dans les rues de Dakar, elle l'endure aujourd'hui entre les murs de la cour familiale, elle la raconte devant la caméra.
Derrière mais aussi face à la caméra, Khady Sylla, la réalisatrice, dit et filme la douleur. Leur douleur à chacune, non pas dans un partage illusoire, mais posée, exposée lors de leurs échanges bavards ou muets, côte à côte, comme les fragments de ce miroir brisé qu'on entrevoit et dont parle la réalisatrice.
Portrait, autoportrait : de qui ? De la maladie, des errements urbains, de la folie, de deux femmes, Aminta Ngom et Khady Sylla, d'une Afrique fantôme ? C'est sur ces questions que s'ouvre grand la fenêtre du film.


TOUT PUBLIC

(Salle des congrès et des arts vivants)
TARIF : 3€, 5€

 

Mémorial Acte

 
CARTE BLANCHE VARAN CARAÏBE au Macte

jeudi 12 juillet 2018   à  19h00   /  CARTE BLANCHE VARAN CARAÏBE au Macte

 

CinéMACTe à la loupe

Carte blanche à Varan Caraïbe
« Une fenêtre ouverte » de Khady Sylla
Khady Sylla 2008 52 mn
Sénégal

Courts métrage, ciné-portrait, documentaire de création, le cinéma nous propose tellement d'expériences immersives au bord du réel floutant parfois les contours de notre réalité contemporaine. Cette Carte blanche à Varan Caraïbe, participe de cette plongée dans le réel. Nous vous attendons pour ce rendez-vous avec une sélection rare, intimement lié au vivant.
Un film de Khady SYLLA.

Aminta Ngom est « folle ». Elle le sait, n'en a nulle honte.
Sa souffrance, elle la promenait avant dans les rues de Dakar, elle l'endure aujourd'hui entre les murs de la cour familiale, elle la raconte devant la caméra.
Derrière mais aussi face à la caméra, Khady Sylla, la réalisatrice, dit et filme la douleur. Leur douleur à chacune, non pas dans un partage illusoire, mais posée, exposée lors de leurs échanges bavards ou muets, côte à côte, comme les fragments de ce miroir brisé qu'on entrevoit et dont parle la réalisatrice.
Portrait, autoportrait : de qui ? De la maladie, des errements urbains, de la folie, de deux femmes, Aminta Ngom et Khady Sylla, d'une Afrique fantôme ? C'est sur ces questions que s'ouvre grand la fenêtre du film.


TOUT PUBLIC

(Salle des congrès et des arts vivants)
TARIF : 3€, 5€

 

Mémorial Acte

 

     1   2   3   4   5   6   7   8